Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

10 janvier 2009

Modèles de tricot japonais

Actions Volkswagen Au hasard de mes recherches tricotesques je suis arrivée sur une page qui disait le plus grand bien de certains modèles de tricot japonais. Et ce qui devait arriver arriva : j'ai commandé 4 magazines de tricot sur YesAsia.com.
Quatre albums avec des modèles à tomber par terre (débutants s'abstenir) :

nitsuto ni koishite dentou nitsuto no atarashii densetsu shimada toshiyuki no se ta butsuku (c'est le nom du magazine, je n'y peux rien. Pour faire plus court on peut dire aussi ニットに恋して 伝統ニットの新しい伝説 / 嶋田俊之のセーターブック)

Elegant Sweater & Vest 6

Couture Knit 12

Couture Knit 13 -Clear and Beautiful Knit

Plein de modèles superbes avec des points compliqués comme on les aime, et en laine assez fine apparemment. Ce qui est bien c'est qu'on peut feuilleter les livres (pas toutes les pages, mais suffisamment pour se faire une idée du contenu). Parmi tout ce que j'ai vu, voilà les modèles qui me plaisent le plus :



On peut aussi trouver des catalogues japonais sur Amazon Japon (pas de panique : il y a un lien "in english" en haut à droite). Les prix sont en yens, je ne sais pas s'il est possible de se faire livrer n'importe où et combien il y a de frais de port. C'est une piste à explorer.

Oui, mais, les modèles, ils sont expliqués en japonais ?
Ben oui, évidemment. Mais ça n'est pas un trop gros problème apparemment car contrairement aux anglo-saxons qui font des explications rédigées, avec très souvent que du texte et même pas de patron, les japonais au contraire n'utilisent quasiment que des diagrammes. Et cela ressemble finalement plus à ce qu'on trouve dans nos catalogues. Il faut juste connaître quelques règles de base. Et connaître les bases du tricot. Il faut donc savoir que l'on fait les côtes avec ees aiguilles plus fines par exemple. Ou qu'à la fin du tricot il faut rabattre les mailles.
On trouve assez facilement des modes d'emploi pour "traduire" les modèles japonais. Voir par exemple, voir les pages How to Read Japanese Graphical Knitting Charts , ou Japanese Charted Pattern Lesson
Voici à titre d'exemple un diagramme extrait du site clearwaerknits.com :

Nous avons ici un milieu devant et un milieu dos (comme pour les patrons de couture). pour les emmanchures par exemple il faut lire :
2-2-2 : diminuer tous les 2 rangs de 2 mailles 2 fois
2-1-5 : diminuer tous les 2 rangs de 1 maille 5 fois

Les diagrammes pour les points fantaisies ou les diminutions ressemblent beaucoup à ce qu'on a l'habitude de voir dans les catalogues Phildar ou Bergère de France, pour parler de ceux que je connais les mieux. Exemple tiré de ABSs of Knitting :


En attendant le facteur, je peux toujours feuilleter les modèles offerts par Pierrot (PDF téléchargeables gratuitement). Le site est en japonais mais il suffit de cliquer sur les photos pour accéder au catalogue, et ensuite, pour accéder au pdf concernant le modèle choisi, il suffit de cliquer sur le lien tout en bas de la fiche (écrit en marron) :



07 janvier 2009

Soldes, j'y va, j'y va-t-y pas ?

investir en actions Volkswagen Aujourd'hui début des soldes. La tentation est grande de commencer par visiter le Bon Marché avant d'aller au boulot. Justement, ça tombe bien, c'est sur ma route et ça ouvre exceptionnellement à 8 heures. Mais, avec le froid de ce matin, et le fait qu'à 8h30, je n' étais encore qu'à Saint-Lazare, je suis restée raisonnable. Ou j'ai eu la flemme, c'est selon.

Je rachèterais pourtant bien une dizaine de pelotes de Noro Silk Garden Lite (mais dans des couleurs différentes pour varier un peu). Tout ça parce qu'hier, tout à fait par hasard ou presque, j'ai trouvé deux nouveaux projets :

Un pull, dont je trouverai peut-être encore les explications dans un catalogue Noro, s'il n'est pas épuisé :

Et une écharpe, Lady Eleanor Entrelac Stole :

Que ce soit l'un ou l'autre, il faudra dix pelotes. Qui ne seront de toute façon pas en solde. Ce qui n'est pas une raison pour ne pas y aller. Ou alors il faudra attendre les vacances au Japon. Peut-être que c'est moins cher en les achetant directement là-bas ? Reste à savoir comment dire "10 pelotes" en japonais, ce qui ne devrait pas être trop compliqué, même si les Nippons ont une façon de compter les choses que je trouve un peu compliquée. 

25 décembre 2008

Châle aux pâquettes, troisième édition

investir dans les actions Volkswagen au Maroc Comme cadeau de Noël pour ma maman, j'ai décidé il y a environ deux semaines d'offrir un châle en mohair. J'ai pris six pelotes de mon stock, la laine mohair super fine, que j'ai tricotée double en 4. Dans ma précipitation, j'ai oublié de prendre des photos. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois.

14 septembre 2008

Cardigan Noro Silk Garden terminé

Voilà le cardigan une fois terminé. Une fois de plus, j'ai librement interprété le modèle d'origine. Pour la poche, notamment : normalement le tour de poche fait un tour complet de part et d'autre de la couture du côté. Mais comme je ne lis que très rapidement les explications et que je me fie à mes calculs personnels (la laine donnant un échantillon différent de celui du modèle), j'ai simplement mesuré la longueur du tour de poche pour faire la bande de côte. Et c'est une fois cousu que j'ai vu que c'était un peu différent du modèle d'origine. Je dois également dire que j'avais tout juste assez de laine pour finir, et qu'il valait mieux éviter les fantaisies pour ne pas avoir à courir au Bon Marché acheter une pelote pour terminer. À 12 euros la pelote, il vaut mieux bien estimer ce dont on a besoin. Sur ce point, j'avais vu juste : les dix pelotes que j'ai achetées m'ont permis de faire ce cardigan. (Avant d'acheter, j'avais calculé le métrage de laine nécessaire pour le cardigan. Calcul qui s'est révélé juste).

22 août 2008

Que tricoter avec la Noro Silk Garden Lite ?

J'ai (enfin !) commencé à tricoter mes pelotes, achetées il y a quelques mois mais laissées de côté en attendant les jours plus frais. Comme j'ai dû ralentir le rythme tricot ces derniers temps, il n'est pas trop tôt pour ressortir les fils un peu plus chauds. J'ai donc profiter de ce week-end prolongé pour essayer cette laine dont tout le monde ne dit que du bien (ou alors c'est que je n'ai regardé que les avis positifs) et qui devait être agréable à travailler, bien qu'elle me semble un peu sèche au toucher. Pour faire mieux faire ressortir les différentes couleurs du fil, j'ai trouvé ce modèle assez original et pas si difficile à tricoter :

http://www.straw.com/cpy/patterns2/taos-4miter.html

Pour réaliser le devant et le dos on tricote 4 carrés, en montant les mailles de deux côtés adjacents du carré et en réalisant des diminution au milieu (ce qui forme la diagonale). Pour le deuxième carré on relève les mailles sur un côté du premier carré et on monte les mailles d'un nouveau carré et on effectue des diminutions comme pour le premier carré. On fait ainsi les quatre carrés du devant et la même chose pour le dos. Cela impose des emmanchures droites. Je trouve ce modèle assez joli sur les photos. Le problème c'est qu'une fois tricoté avec la Noro, j'avais l'impression que ça ressemblait plus à un coussin qu'à un pull. Il était peut-être un peu trop large et je ne suis pas sûre que ça aurait été très seyant.

J'ai donc tout détricoté (j'aurais dû faire des photos avant mais j'ai oublié) et je vais reprendre le modèle auquel j'avais initialement pensé pour cette laine. Il s'agit d'un modèle un peu plus classique, sorti d'un album Phildar : un cardigan asymétrique avec une poche arrondie sur le côté et une encolure assez large. La suite dans quelques semaines...

05 juillet 2008

Bon anniversaire, Małgosia !

Les vacances se terminent, et par un anniversaire en plus ! Aujourd'hui ma copine polonaise, en vacances chez nous avec sa famille, fêtait son anniversaire. Bien évidemment, comme cadeau il fallait que je tricote quelque chose. Offrir un gros pull en mohair début juillet aurait été un peu hors saison. Les deux années précédentes je lui avais offert un petit pull d'été alors cette fois il fallait que je change un peu. Pourquoi pas un châle, dans ce cas ? Heureusement, lorsque je suis passée à la Lainière de Wazemmes j'avais tout prévu et acheté en conséquence quelques pelotes de mohair bleu pâle.

Et voilà le résultat, portée par celle à qui le cadeau était destinée, et qui rêvait justement d'un châle de cette couleur :

15 juin 2008

Father's day

De passage à Chicago pour une quinzaine de jours, je profite du week-end pour faire un peu de tourisme. Et de shopping. Aujourd'hui dimanche, le programme initial (visite de l'aquarium, un des plus beaux du monde, paraît-il) commence par être reporté à cause de la pluie. Vers 8 heures du matin, alors que j'étais en train de papoter, webcam interposée, avec ma famille, moi devant mon chocolat matinal, eux devant leur café de l'après-midi, un gros orage, accompagné de trombes d'eau me fait vite changer d'avis, alors que j'étais tout à fait prête pour être au musée à l'ouverture. Deux heures plus tard, le soleil brille, tout est sec comme s'il ne s'était rien passé, mais le temps d'y aller (environ 3km, à pied, en suivant Michigan Avenue, puis en traversant Grant Park), il est 13 heures quand j'arrive devant l'aquarium, où la longueur de la file d'attente et le soleil qui commence à vraiment cogner me font vite changer d'avis et me fait opter pour le Fields Museum voisin.

Sur le chemin du retour, il fallait absolument que je passe chez Loppy Yarn, une des rares boutiques de tricots pas trop éloignée du centre, histoire de d'acheter quelques catalogues inédits en France, peut-être quelques pelotes de laines impossibles à dénicher à Paris, et quelques objets exotiques tels qu'un mètre-ruban gradué en inches (pour mieux suivre les explications de tricot en VO). Par chance, la boutique est ouverte le dimanche jusqu'à 17 heures.
... Sauf le jour de la fête des pères :-(












Ce qui me rappelle que chez nous c'est aussi la fête de Pères. Un rapide calcul mental me dissuade cependant d'appeler mon papa à cette heure tardive (16h30 + 7 heures = un peu trop tard pour souhaiter Bonne fête papa !)
J'aurais pu m'en douter quand je suis passée au supermarché ce matin : il y a pourtant des indices qui ne trompent pas !

03 mai 2008

131 pelotes

131 pelotes : c'est ce que j'ai acheté hier après-midi. J'ai profité de quelques jours passés dans la région pour aller faire un tour à la Lainière de Wazemmes. Si on n'a pas l'occasion d'aller faire un tour à Lille, on peut bien sûr commander par Internet mais au moins sur place on peut toucher. C'est aussi le meilleur moyen d'en acheter plus. Il faut dire que là on y trouve toutes sortes de fils dégriffés, pour environ le tiers du prix par rapport aux grandes marques. Alors, évidemment, ça fait envie...

J'ai commencé par visiter le fond du magasin, là où se trouve les fils «nobles», notamment mérinos et alpaga. De temps en temps, on peut aussi y trouver du cachemire mais il faut être rapide car le stock de cachemire ne reste pas plus d'une semaine en magasin. Selon le vendeur tout part quasiment par Internet et certaines clientes téléphonent régulièrement pour savoir si le magasin en a reçu. Mais actuellement cela fait six mois qu'il n'y en a pas eu.

J'ai d'abord mis dans mon sac 17 pelotes de 100% baby alpaga d'une belle couleur beige rosé, de quoi faire probablement le VIP cardigan. J'ai également acheté 10 pelotes de 100% mérinos, de couleur écrue, qui devrait me permettre de tricoter le pull d'inspiration celtique, vu sur tricofolk.
 

Il faut également citer la Malmedy Sport Superwash, très douce et lavable en machine, qui existe dans un nombre de coloris tellement important qu'on ne sait lequel choisir. Mais je n'en ai pas pris cette fois. (Soyons raisonnable !)

Côté mohair, le mohair-lurex vu sur Internet me faisait bien envie. Le voir en vrai n'a fait que confirmer mon impression. Si je m'étais écoutée, j'aurais pris les trois couleurs, mais il faut savoir être raisonnable et j'ai choisis le multicolore.

Alors que je faisais un dernier tour dans le magasin (j'y ai passé deux heures !) pour vérifier que je n'avais rien «oublié», j'ai vu des paquets près de l'entrée avec du mohair très fin (et dire que j'ai failli ne pas le voir !). Je ne pouvais pas laisser passer cela et j'ai donc acheté ceci :
 
Dans les deux cas, il s'agit d'un mélange de 70% kid mohair et 30% polyamide et leur particularité est d'être très fin : pour la tricoter simple, il faut des aiguilles n° 1,5 ou 2. Ce sera certainement très long mais j'ai bien l'intention de faire un pull en tricotant simple la qualité de gauche. Pour celle de droite, beige givré, je mettrai le fil double.

J'ai également acheté de quoi tricoter un châle pour ma copine polonaise, toujours dans un mélange de kid mohair (70%) et de polyamide, couleur bleu pâle.
Question matière, je préfère le mélange kid mohair - soie du Mohair des fermes de France, mais le premier est vendu à la lainière 2,5€ la pelote de 50 grammes (170 mètres). Vu le prix, je fais donc une petite concession au synthétique...

J'ai également acheté un peu de coton, failli acheter un beau mélange laine et soie assez brillant mais dont il ne restait pas assez de pelotes. Je n'ai pas pris non plus l'eco-alpaga écru (50% alpaga adulte / 50% baby alpaga), vraiment très doux (ce sera pour la prochaine fois).

écharpe Salsa beigeEn passant devant les fils fantaisie, je me suis laissé tenter par le Salsa, un fil un peu nounours, dont il suffit deux pelotes pour faire une écharpe (soit 5€ l'écharpe de 25 x 120cm, à tricoter en trois heures). J'ai d'ailleurs déjà fait une écharpe avec le coloris écru (ci-contre):
 

J'ai également acheté quelques pelotes de Butterfly Lux, que je n'aurais pas songé à prendre si je n'avais vu le résultat tricoté. J'en ferai un petit pull à manches courtes pour l'été.

Au total, j'ai rapporté de quoi tricoter une douzaine de pulls et quelques écharpes. Mais avant, il faut que je termine les finitions de mon pull en angora car si j'attends trop, il fera trop chaud et je le mettrai en «hibernation» jusqu'à l'automne prochain.

30 avril 2008

Noro et Alpaga sont au Bon Marché

Ce midi, je suis allée faire un tour au dernier étage du Bon Marché, un des rares endroits à Paris où il reste du choix en matière de fil à tricoter (pour qui a un porte-monnaie bien rempli). En vue : de l'alpaga, de la laine Noro (depuis le temps que j'en entends parler, il faut que j'essaie) et du Summer Tweed de Rowan (70% soie, 30% coton).

Je n'ai pris que de l'alpaga, chez Plassard et dix pelotes de Silk Garden Lite de Noro, qui me servira à réaliser un petit cardigan vu dans un ancien catalogue Phildar : en jeysey, avec une bande de boutonnage asymétrique et des poches arrondies.

27 avril 2008

Plus que les finitions

Cela fait deux mois que j'ai terminé de tricoter mon cardigan en mohair noir et depuis, il est posé sur mon bureau : il ne reste que les finitions. Mais voilà, les finitions, ce n'est pas intéressant. Sans compter que coudre dans le mohair noir, cela fait mal aux yeux. Je n'ai donc plus que la couture de côté à faire, puis les bandes de côtes pour l'encolure et le boutonnage. Il faudra ensuite que je retrouve les petits boutons de toutes les couleurs que j'ai achetés pour le pull.

19 février 2008

Classic Slant Cardigan : terminé !

Voici le Classic Slant Cardigan terminé :

17 février 2008

Mes débuts dans Ravelry

Je ne sais plus comment je suis tombée sur Ravelry.com mais toujours est-il qu'hier j'ai pris la peine de regarder hier d'un peu plus près. Et de m'y inscrire. Pour résumer Ravelry est le (peut-on dire le ?) site communautaire de toutes celles (et tous ceux aussi, il n'y a pas de raison de laisser ces messieurs à la porte) qui tricotent ou crochètent. Comme les demandes sont nombreuses il il y a une liste d'attente à l'inscription. Hier je me suis donc inscrite et j'ai vu qu'il y avait environ 6000 personnes dans la file d'attente avant mois, et à raison de 800 à 1000 inscriptions traitées par jour, je devrais attendre le retour des vacances pour accéder à toutes les merveilles promises.


Que peut-on donc faire dans Ravelry ? Une vidéo permet d'en avoir un aperçu. Voici tout ce que l'on peut y faire :
  • gérer ses projets en cours et à venir, son stock de laine (le fameux "stash", réserve secrète dont toute tricoteuse se doit de remplir ses placards)
  • gérer sa blbliothèque
  • avoir des amis, faire partie d'un groupe pour discuter de ses projets, de laine et de tricot
  • trouver des modèles et partager les siens
  • diffuser les posts de son blog et lire ceux des autres participants
  • sans oublier les forums et la messagerie

Bon, voilà, il n'y a plus qu'à attendre... Aujourd'hui je jette un coup d'oeil pour voir où en est mon inscription et je vois qu'elle m'a déjà été envoyée le 23 janvier dernier et que je n'y avais pas encore répondu. Ah ben, ça alors ! Voyons, le 23 janvier, j'étais à Chicago. Si ça se trouve je m'étais déjà inscrite à ce site sans trop faire attention à ce que c'était et j'avais aussi vite oublié.

Et bien tant mieux ! Au moins je n'aurai pas à attendre plus longtemps. J'ai donc commencé à découvrir ce qu'il y a là dedans. Plein de choses intéressantes, effectivement (je sens que ça va faire baisser ma productivité en terme de tricotage, ça. D'ailleurs ça a déjà commencé : j'avais l'intention de terminer mon Classic Slant Cardigan mais ce n'est pas demain que je pourrai le porter).

J'ai donc commencé à enregistrer mes derniers projets en date : tout d'abord le Modern Quilt Wrap commencé hier. C'est magique : on indique le nom du modèle, l'album, le livre ou le site Internet dont il est tiré et alors, si le modèle a déjà été réalisé, il est tout de suite reconnu et on sait qui le tricote. Pour le MQW, il y a déjà 158 projets pour ce même modèle.

On peut bien sûr voir les photos des autres modèles en cours, savoir qui le réalise, avec quel fil, etc. Ce système fonctionne aussi avec les fils à tricoter ("yarn" : ça, c'est un mot que j'ai vite appris aussi alors que je ne le connaissais pas il y a quelques mois). On sait immédiatement quels sont les projets réalisés avec un fil donné. De quoi décupler les idées de projets futurs !

Si on peut, le mieux est de mettre des photos, à condition de les stocker sur Flickr. Je n'en avais pas l'habitude mais bon, pourquoi pas, après tout ? Voilà donc mes premiers pas pour aujourd'hui. Je vais avoir fort à faire pour mettre à niveau mon stock et mes projets.

Et pour tout savoir, voici mon profil Ravelry.

Modern Quilt Wrap : c'est parti !


Voilà l'assortiment que j'ai choisi pour ma version du Modern Quilt Wrap :

Et ce matin, j'ai commencé l'ouvrage. J'ai l'impression que c'est un ouvrage très bien à faire entre diverses autres réalisations. Le genre de choses qu'on reprend de temps en temps pour se changer les idées. Et bonne nouvelle : il paraît qu'avec tout ça, il y a de quoi en faire deux. En tout cas, c'est ce qui est indiqué si on utilise le fil originalement choisi pour ce modèle, la Romwa Kidsilk Haze. Selon les couleurs, il en faut entre 66 et 102 mètres. Il faudra donc peut-être racheter une ou deux pelotes et ça devrait être possible. Et puis s'il n'y en a pas assez, on peut toujours faire quelques motifs de moins.

Voilà donc les deux premiers blocs tricotés. Pour chaque carré, on monte les mailles de deux côtés et fait des diminutions un rang sur deux de part et d'autre du milieu. Le modèle indique d'utiliser des anneaux marqueur mais on s'en sort très bien en comptant les mailles.

Le premier carré, brut de tricotage, et après un léger repassage :


Et déjà je me rends compte d'une chose qui m'avait échappé : il va falloir rentrer pas mal de bouts de fils. Alors si je ne veux pas être débordée, il vaut mieux le faire au fur et à mesure. Le deuxième carré se fait à partir du premier : la moitié des mailles sont montées, l'autre moitié est relevé sur le bord du carré.


Et voilà le deuxième carré une fois terminé :





Lien crachouillis

Je ne fais pas souvent du jacquard. En fait, quasiment jamais et quand j'ai un motif à réaliser, je préfère le rebroder, comme sur le pull aux fleurs, dont voici ci-contre le motif. Il s'agit d'un modèle de Bergère de France (catalogue 2005) réalisé en Irland. À cause de quelqus kilos en trop, je l'avais laissé dormir quelque temps au fond d'un placard et je ne l'ai ressorti que récemment et réadopté. De plus il est très chaud.

Pour ce genre de motif, donc, je préfère rebroder au point de mailles, et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord je trouve que mon tricot n'est pas assez régulier quand je travaille en jacquard. Ensuite cela me permet de tricoter de façon automatique (je peux donc lire en même temps puisque je n'ai pas à suivre de diagramme). Bien sûr, rebroder au point de maille est assez long et je ne peux pas lire en même temps. Mais je trouve le résultat beaucoup plus régulier et finalement pas plus épais que si j'avais dû passer des fils derrière le travail.

Par contre, j'évite tout ce qui doit être fait en jacquard et j'admire celles qui ont la patience de faire de genre d'ouvrage, comme par exemple celui que l'on voit dans la vidéo "Liens crachouillis" que je viens de découvrir. Bien que je ne fasse pas de jaquard, cette technique pourra peut-être m'être utile pour les tricots à rayures. Le lien crachouillis sert à faire la jonction entre deux fils différents lors de changement de couleur. Le principe est de mélanger en quelque sorte les deux fils en ne gardant pour chaque fil qu'un brin sur deux (on suppose que c'est une laine tordue à deux brins) puis de tordre ensemble le brin gardé de chaque fil en le mouillant un peu et en le réchauffant dans la paume de la main de sorte à le feutrer. Les deux fils sont dès lors liés comme s'ils formaient un seul fil en continu.

Mais le mieux est encore de regarder la vidéo sur le blog de Libby et Rebecca.

10 février 2008

Châle aux Pâquerettes

Il n'y a pas deux mois (c'était même très exactement le jour de Noël), au cours d'une conversation qui roulait sur le tricot (il faut dire que j'avais apporté mon tricot pour ne pas garder les mains inoccupées pendant les conversations de l'après repas), je faisais remarquer à ma belle-mère que je ne lui avais jamais rien tricoté. Qu'à cela ne tienne, un châle comme cadeau d'anniversaire, ce sera bien, non ? «Oui, mais tu n'auras pas le temps, c'est très bientôt». «Le 20 février ? Mais pas du tout, j'ai le temps d'un faire une demi-douzaine». (J'exagère un peu. Entre temps, je n'ai fait qu'un pull et demi.)

Dès le lendemain, la commande était passée : 6 pelotes de Diva bleu marine (Encre). Lesquelles pelotes sont allées à Chicago, en sont revenues intactes (pas eu le temps de tricoter là-bas). Et ce n'est qu'à mon retour, fin janvier que j'ai enfin commencé le châle. Pour le modèles, après quelques hésitations, j'ai opté pour du simple, que j'ai trouvé sur tricofolk.

Et le voilà terminé :


détail du point :

06 février 2008

Quelques livres de tricot

Comme je le disais récemment, j'ai fait quelques emplettes à Chicago et, si ce n'est pas de la laine, on s'en rapproche quand même. Ma valise était quelques kilos plus lourde au retour, tout ça pour quelques livres. (J'ai eu un peu peur quand, au moment de l'enregistrement des bagages, j'ai vu que ma valise pesait 38... pounds. Ouf, j'ai cru que c'était 38 kg. J'ai cru un instant que mes emplettes me vaudraient une surtaxe.) Donc voici ce que j'ai rapporté. Pendant mon absence j'ai reçu d'autres livres que j'avais commandés il y a quelques semaines (et que j'aurais pu acheter directement là-bas, d'ailleurs. On n'est pas à quelques kilos de bagage près.).


Voici donc ce que j'ai ajouté dans ma bibliothèque :
J'ai déjà eu l'occasion d'avoir un aperçu sur Internet mais je ne les avais pas encore feuilletés. D'abord les magazines :


Interweave Knits, dont j'ai lu un intéressant article sur la façon de faire les manches montées (avec de savants calculs pour que l'arrondi de la manche corresponde parfaitement avec l'emmanchure. J'avais l'habitude de faire la manche en dernier mais si on suit les explications, cela ne devrait pas être nécessaire. J'avais trouvé des explications semblables sur Internet, qu'il faudra que je retrouve, afin de bien résumer tout ça). À part ça, je ne sais pas encore très bien quel modèle je vais faire. Peut-être le Brushed lace Cardigan dans des couleurs un peu plus folichonnes. Et puis du coup, je me suis abonnée pour l'année à venir.
Vogue Knitting.Je ne sais pas non plus ce que je vais tricoter là-dedans, mais il fallait au moins que j'achète un numéro pour savoir à quoi ça ressemble.

The best of Interweave Knit, puisque c'est "The best", c'est obligé. Je me laisserais bien tenter par le Lace Pegnoir and Simple Shell ou le Simply Marylin (bien que le col me semble un peu large) Mais celui que je préfère c'est le VIP cardigan, ici à gauche :



Designing Knitwear est un livre de 25 pages en grand format, qui semble une faire le tour de la question : le premier chapitre "learning to see" parle des différentes sources d'inspiration, notamment les tissus, les anciens modèles (si j'en crois les illustrations car pour l'instant je n'ai encore rien lu. Le deuxième chapitre "Designing with yarn" présente les différentes sortes de fils et se termine par les indispensables échantillons ("gauge" en anglais) et les méthodes pour les utiliser. On aborde ensuite les formes de vêtements, la façon de prendre ses mesures et d'en déduire les mesures de vêtement, avec une présentation des styles d'emmanchure ou d'encolure (tout n'étant pas forcément à la mode d'aujourd'hui mais rien n'empêche d'adapter). Les chapitres abordent ensuite les différents types de point, la couleur et le jacquard. Un chapitre est consacré aux "classiques" avec des modèles d'inspirations diverses (irlandaise, chinoise, marine, années 20, etc.). On apprend ensuite comment on peut dessiner le modèle, et l'affiner à partir d'échantillons, comment tester un modèle en le réalisant d'abord en toile à patron (alors, là, non, c'est pas pour moi ce truc, je préfère commencer directement avec les aiguilles). Il y a donc sûrement beaucoup de choses intéressantes, mais pas forcément des modèles tout prêts.

Arctic Lace ou "Knitting Projects and Stories inspired by Alaska's Native Knitters". Comme on peut le deviver il s'agit d'un livre qui expose les techniques du tricot dentelle venant d'Alaska. La première partie parle de l'art du tricot en Alaska et de son histoire. On y découvre également le boeuf musqué ("musk ox"), dont la laine (ou "qiviut") est beaucoup plus chaude que celle du mouton et plus fine que le cachemire. On y trouve aussi un exposé des méthodes pour tricoter cette laine et en faire du tricot dentelle, ainsi que des modèles d'écharpes, bonnets, pull, mitaines avec les grilles explicatives, faciles à suivre. Ce n'est pas difficile : le point de base est le jersey. Il suffit de savoir faire des jetés, des surjets simples ou double, tricoter des mailles ensemble. Ensuite il suffit de suivre la grille. Tout cela donne bien envie d'essayer de tricoter quelque chose en qiviut...


Folk Shawls ou "25 knitting patterns and tales from around the world". Pour rester dans la note folklorique, voici un livre de 25 modèles de châles, venant de tous les coins du monde : Irlande, Japon, Islande, Angleterre, Russie, Écosse, Amérique, Himalaya, Espagne, Norvège, Mexique et Amérique du Sud, ainsi que quelques variations.

Sweater Design in Plain English. Comme on peut s'y attendre, ce n'est pas vraiment un livre d'images. Celui-là, je l'avais commandé sans trop savoir ce qu'il y avait dedans et quand je l'ai feuilleté je me suis dit que j'aurais pu m'en passer. Mais en regardant de plus près, il est bien possible qu'il soit quand même intéressant. La première partie, "Before you begin", explique comment choisir son modèle, prendre les bonnes mesures, choisir le modèle qui conviendra à sa corpulence, choisir la laine qui convient, quelles sont les erreurs à éviter, comment assembler son tricot, comment estimer la quantité de laine qu'il faudra (voilà un chapitre qui m'intéressera beaucoup, je pense). On nous explique évidemment les vertus de l'échantillon et comment bien le faire. Cette partie se termine par une révision des principales techniques de tricot. La deuxième moitié du livre est consacré aux modèles. On y trouvera là quelques patrons et des explications sur la façon de bien faire les emmanchure, encolures, poignets, etc. Ce ne sont pas des explications détaillées avec le nombre de mailles à monter mais plutôt une méthode. Ceci tant dit, le livre date de 1990... et les modèles aussi. On pourra donc se passer de l'explication des manches chauve-souris, mais il reste quand même des formes classiques (raglan, manches montées, encolure ronde, col châle, etc.) que l'on pourra exploiter sans avoir l'air de sortir d'un album de tricot des années 80. On trouvera à la fin du livre des tableaux de conversion pour les mesures et les numéros d'aiguilles. Et si l'on veut parfaire son anglais et connaître tous les termes techniques du tricot, nul doute qu'après la lecture de ce livre, on saura se débrouiller.

The knitter's handy book of sweater patterns. Contrairement au précédent, il s'agit ici d'un livre de modèles, avec des explications détaillées, grilles et schémas et des tableaux permettant de réaliser le même modèle avec des grosseurs de fil différentes. Cela permet aussi d'adapter le modèle à des points différents. Les modèles sont également déclinés en plusieurs tailles, dont des tailles pour enfant. Il s'agit de modèles classiques, avec différentes formes d'emmanchures, d'encolures, etc.

Inspired cable knit. Des torsades, des torsades, et des torsades. En tout 20 modèles, essentiellement des pulls mais aussi une écharpe, une étole, un sac, un coussin et pour terminer un blouson à capuche avec des motifs d'inspiration celtique.

Knitting rules. On n'y parle pas seulement de technique, de points et de modèles mais aussi du tricot en général : pourquoi on tricote (et pourquoi certaines personnes ont de bonnes ou de mauvaises raisons de ne pas tricoter), où et quand on peut tricoter (l'auteur suggère même le tricot en réunion. Ah oui, tiens, je devrais essayer...), pourquoi faire ou ne pas faire d'échantillon, pourquoi tricoter des bonnets, des pulls, des écharpes ou des chaussettes.

Knitting Memories or "Reflections on the Knitter's life". Pas de modèle ni de trucs pour faire un beau tricot. ce sont plutôt des souvenirs de tricoteuse. Peut-être de quoi se rassurer en se disant qu'on n'est pas la seule à faire des choses que les non-tricoteurs pourraient trouver bizarre !

Des heures de lecture en perspective (quand, ça c'est une autre histoire)... avec des aiguilles dans les mains, bien sûr !

02 février 2008

Tricoter dans l'avion

Il y a trois semaines, j'étais en pleine préparation de mes bagages pour aller passer une semaine à Chicago, pour le travail. Bien sûr j'ai mis dans la valise le tricot en cours, plus les pelotes de mohair pour le châle, prévu pour l'anniversaire de ma belle-mère. En neuf heures de vols, (plus presque autant pour le retour) je me disais que j'aurais le temps de bien avancer le châle.


Oui, mais non : les aiguilles à tricoter sont interdites en cabine, tout comme les ciseaux, limes à ongles, tire-bouchon et autres objets dangereux. En vérifiant cela, je suis tombée sur un kit, le Kit Denise, qui comprend un lot de petites aiguilles de différentes tailles, ainsi que le fil de nylon à visser sur les aiguilles et permettant de construire ses aiguilles à tricoter circulaires pour tricoter dans l'avion. Et comme les aiguilles sont très courtes, on ne gêne pas ses voisins (quoique si on sort les pelotes d'angora, le voisin risque quand même de faire les gros yeux). Apparemment de nombreuses tricoteuse ont emmené leur kit dans l'avion sans problèmes. Bon, à environ 50 euros le kit, j'ai trouvé un peu cher pour juste un aller-retour, sans compter que les aiguilles circulaires, c'est pas trop mon truc.

Donc tant pis, j'ai tout mis dans la valise en soute. Résultat : à l'aller, l'avion n'était pas trop rempli et j'avais 3 sièges pour moi toute seule et là c'est vraiment dommage de ne pas avoir pu profiter des aiguilles. Et au retour, vol de nuit avec 7 heures de sommeil en moins, donc pas de tricot possible. Et pendant la semaine, je n'ai eu le temps que de faire quelques rangs du pull, le reste du temps étant occupé soit par le boulot soit par les photos. Je n'ai même pas eu le temps de faire les boutiques de laine (en fait, il n'y en avait qu'une dans le quartier où j'étais mais je n'ai pas eu le temps d'y faire un tour) mais j'ai quand même rapporter quelques livres intéressants dont je parlerai plus tard.

13 janvier 2008

Pull à chevrons : c'est terminé

Et voilà la troisième édition du pull :

06 janvier 2008

Projet 2007-01 : Classic Slant Cardigan

J'ai reçu ma commande des créations du Bochaine : 12 pelotes de fil Angora-Mérinos coloris Givre.

Ah, que c'est doux ! Vite, l'échantillon ! (Oui, je sais, je n'ai pas encore tout à fait fini mon pull à vagues. Mais bon, c'est pas interdit d'avoir plusieurs tricots en cours). Pour mémoire, je voulais tricoter le pull à motifs celtiques que j'avais repéré il n'y a pas longtemps. En fait, il s'avère que l'angora c'est quand même une laine assez grosse et que mon échantillon est assez différent de l'original : je tricote 16 mailles pour 10 cm (aig. 4,5) alors que pour le modèle qui est d'origine en Cabotage de Phildar, c'est 19 mailles. Je n'ai pas peur des calculs compliqués mais ici, comme il y a beaucoup de motifs, cela risque d'être un peu difficile pour que tous les modifs tombent bien. Sans compter que j'ai peur que ça fasse un peu gros au final.

J'ai donc ressorti tous mes albums de tricot pour me trouver le nouveau modèle de mes rêves, pour finalement acheter le patron Classic Slant Cardigan, sur Knitting Daily. Mon échantillon est légèrement différent (18 mailles en côtes 4/4 et 4,5 cm pour la torsade de 10 mailles) mais comme le motif est simple, les calculs ne sont pas trop compliqués.

C'est la première fois que je suis un modèle américain (enfin, suivre... c'est une façon de parler car j'ai déjà apporté quelques modifications au modèle) et les explications sont assez différentes de ce que j'ai l'habitude de voir. Je ne sais pas si c'est général ou spécifiques aux modèles de cette marque. Par exemple pour expliquer les augmentations, on indique par exemple de "tricoter deux mailles puis faire une augmentation, puis au rang suivant faire la même chose, puis tricoter 4 rangs normalement et répéter ces 6 rang 11 fois", alors que je comprends bien mieux si on me dit "augmenter d'une maille à deux mailles du bord tous les 6 rangs, 12 fois en tout".

Du coup, une fois réécrite, les deux pages d'explications tiennent en un tiers de page. De toute façon, j'ai déjà changé le modèle :

  • au dos, il y a normalement deux torsades, ce qui coupe les côtes en trois tiers environ. J'ai changé : je fais effectivement deux torsades, mais elles vont partir du milieu du dos et vont aller en diagonale vers les côtés. D'après mes calculs, elles arriveront à quelques mailles des côtés au niveau des épaules.
  • le devant est formé de deux morceaux. Ce qui me gêne, c'est que cela tire un peu les côtes au-dessus de la patte de boutonnage. Et comment faire pour que le morceau qui est à l'intérieur ne fasse as d'épaisseur ni ne roule ? Mettre des boutons à l'intérieur  ? Coudre ? Eh ben non : la meilleure solutions, c'est de ne pas faire deux morceaux mais un seul. De toute façon, vu sa forme, je sais que je porterai toujours ce cardigan fermé, alors autant en faire un vrai pull - faux cardigan. Je vais donc faire le devant en une seule pièce, avoir une bande de côtes rapportée et des boutons.
Et voilà déjà le résultat du tricot du dimanche : la première manche, une fois mise en forme. Manche que j'ai tricotée deux fois d'ailleurs : une première fois en aiguille n° 4. C'est alors que je me suis aperçue que mon échantillon était mieux en n° 4,5. J'ai donc tout détricoté pour la retricoter en 4,5.


05 janvier 2008

Modern Quilt Wrap

Depuis quelques jours, je passe pas mal de temps à rechercher des nouveaux modèles de tricots sur internet, et j'ai bien sûr téléchargé des modèles qu'il faudra absolument que je tricote. J'ai notamment trouvé un modèle d'écharpe qui me plaît beaucoup : le "Modern Quilt Wrap", ci-contre. Explications téléchargeables sur KnittingDaily.com

Mais plutôt que la version bariolée, je pense que je le ferai dans un assortiment de bleu, en Diva (on ne se refait pas !)

Apparemment le modèle a du succès car il y a un album qui lui est réservé dans Flickr, on en parle pas mal dans le blog  Folk Style Knitalong, où il est déjà en version bleue. Tiens, il n'y a pas de raison : dès que je serai prête; je m'inscrirai !





- page 1 de 2