« Borgildurjardotirtaécri ! », me dit-il en revenant de prendre le courrier dans la boîte.

« Hein ? » [Mais keskidi ?]

« Borghildur Hjartardottir t'a écrit ! ». 

« Ah, mais, oui, bien sûr ! » [Mais comment avais-je pu oublier ?]

Et non, seulement, elle m'a écrit, mais elle m'a envoyé un carton. Je n'y pensais plus, car je pensais avoir donné l'adresse du bureau pour l'envoi du colis. Eh bien, c'est tant mieux comme ça, au moins je ne serai pas obligée d'attendre deux jours de plus pour déballer mes dernières acquisitions lainières. Car Borghildur Hjartardottir, c'est celle qui a créé knitting-in-france.net, le site que j'ai découvert il y a 3 jours et sur lequel j'ai commandé quelques écheveaux.

Voilà donc le colis :

colis-20120616.jpg

Ça me donne envie de prendre les aiguilles, mais pour l'instant je n'ai pas de modèle précis en tête et je vais donc sûrement passer plusieurs heures sur Ravelry ce week-end. Les laines Chili Gredelin sont vraiment très douces et le mélange des couleurs est tellement beau qu'on n'a pas envie de défaire l'écheveau. Cette laine teintée à la main vient de Suède. Le site chiligredelin.se présente les dernières nouveautés (en suédois ou en anglais) et les propose à la vente. Les quantités disponibles ne sont pas très importantes, aussi est-ce une affaire à suivre si c'est pour faire autre chose qu'un projet avec un ou deux écheveaux.

À gauche, un écheveau d'Anastasia (coloris Laika), 100% baby alpaga, très très doux, et à droite, deux écheveaux d'Indira (coloris Popsicle), an 100% mérino, très doux aussi.

Anastasia-Laika.jpgIndira-Popsicle.jpg

J'ai aussi acheté un écheveau de laine Kauni, qui vient d'Estonie. Elle est un peu sèche au toucher, mais il paraît qu'elle est douce. Pour le vérifier, il faut essayer. J'avais également lu qu'elle sentait le mouton. Elle sent la laine, c'est un fait. Mais cela veut peut-être aussi dire qu'il n'y a pas eu de traitements de toute sorte et que cela en fait un produit vraiment naturel.

Et puis, bien sûr, la fameuse pelote de qiviut.

qiviut-1.jpg 

Toutes ces laines m'ont donné envie de reprendre la lecture du Knitter's Book of Yarn (dont la lecture était d'ailleurs très peu avancée). Le premier chapitre présente les différents types de fils que l'on peut tricoter, en commençant par les fibres animales, groupées ici sous le titre protein fibers. Ces fibres sont toutes plus ou moins caractérisées par le fait que chaque fil est recouvert de minuscules écailles — comme le sont les cheveux d'ailleurs. C'est pour cela que la laine — sauf si elle a été spécialement traitée — a tendance à feutrer. Remuer les fibres dans un environnement chaud et humide va faire en sorte que les écailles vont s'accrocher les unes aux autres, et cela va former un amas compact qu'il sera quasiment impossible de défaire. Quand une laine est traitée « superwash », les écailles ne s'ouvrent plus et il n'y aura plus de risque de feutrage. Parmi toutes les fibres animales, toutes n'ont pas une même tendance au feutrage. Pour en revenir à notre qiviut, le paragraphe qui lui est consacré dans ce chapitre explique que la fibre est lisse avec très peu d'écailles, et que par conséquent elle n'a pas tendance à feutrer. 

On peut facilement la laver, à la main ou en machine. J'ai lu ailleurs (mais je ne sais plus où) que c'était une laine qu'il fallait essayer de tricoter au moins une fois dans sa vie. Ah! je le savais bien, que j'avais raison de l'acheter ;-)