Lorsqu’on tricote, même si l’on suit un modèle, on peut l’adapter à ses mesures. Je me suis cependant pendant longtemps contentée de suivre les patrons de tricot en prenant celui qui me convenait en largeur. J’ai cependant remarqué qu’en général les manches étaient un peu courtes à mon goût (j’aime bien quand une manche longue recouvre bien le poignet et ne s’arrête pas 3 cm au-dessus). 

C'est pourtant très simple : il suffit de commencer par prendre ses mesures. On conseille en général de prendre ses mesures avec les sous-vêtements que l'on portera sous le tricot et d'ajouter l'aisance nécessaire. 

Comment déterminer l'aisance du tricot ?

L’aisance est la différence entre la largeur du tricot fini et sa propre mesure. Elle est variable selon le style de tricot et la grosseur du fil. Plus le fil est gros, plus il faudra d’aisance. Un pull fin se porte plus près du corps qu’un gros pull de laine. On parle même d’aisance négative lorsque le pull est plus étroit que la largeur du corps. 

Mais comment je rentre dedans ? me direz-vous. Cela est possible parce que le tricot est une matière élastique, en particulier avec des points comme les côtes. Typiquement les « pulls-chaussettes » ont une aisance négative.

Le plus souvent, l’aisance n’est pas la même pour toutes les parties du corps. Au niveau du haut du buste, il est préférable d’ajuster le vêtement à la largeur du torse, mesurée entre les deux bras, alors qu’au niveau de la taille ou des hanches, il faut mieux avoir quelques centimètres de plus que la mesure prise sur son corps.

L’aisance peut aussi varier en fonction du type de vêtement : un gilet ou un cardigan aura besoin d’un peu d’aisance pour éviter que cela ne tire au niveau de la bande de boutonnage alors qu’un pull pourra être porté plus près du corps.
Il faut également penser à l’aisance pour les manches, en particulier au niveau des emmanchures. Une manche trop serrée n’est pas agréable à porter et peut en plus être disgracieuse.

Prendre modèle sur les vêtements qui nous vont

Pour ne pas se tromper, le plus simple est de prendre un vêtement (de préférence un tricot) qui nous va bien et de le mesurer, après l’avoir posé à plat. On prendra de préférence un vêtement du même style de celui qu’on veut faire. On ne va par exemple pas se baser sur les mesures d’un gros pull de ski pour se tricoter un petit pull d’été en coton fin.

Le mieux est de se faire une fiche par tricot. On y mettra soit la photo, soit un schéma du vêtement et on notera toutes les mesures. On notera également si le pull nous va parfaitement bien ou s’il y aurait des choses à changer, par exemple manches trop courtes, faire 2 cm de plus.

Voici un exemple d’une fiche que j’ai faite pour un de mes pulls. J’ai procédé de la même façon avec plusieurs tricots. Comme vous pouvez le voir, c’est loin d’être une œuvre d’art, mais cela a été très rapide à faire et j’ai tout sous la main pour faire des tricots à ma taille. 

P1160980.jpg

Quelles sont les mesures à prendre ? 

Celles que j'ai reportées sur le schéma ci-dessus sont :

A. Largeur du buste devant

B. Tour de poitrine

C. Tour de taille

D. Largeur du bas (qui correspond plus ou moins à la largeur au niveau des hanches)

E. Hauteur entre la taille et le bas du pull

F. Hauteur à l'emmanchure

G. Hauteur de l'emmanchure au haut du pull

H. Profondeur de l'encolure

I. Largeur de la manche, mesurée au niveau de l'emmanchure, là où elle est le plus large. 

J. Largeur du poignet

K. Largeur de l'encolure, mesurée sans tenir compte de la bordure.

L. Hauteur de la manche, du poignet à l'emmanchure

M. Longueur milieu dos – poignet

NOTES :

  • Pour la mesure E, il serait plus judicieux de mesurer la position de la taille par rapport aux épaules plutôt que par rapport au bas car la hauteur dos-taille restera constante, alors que la hauteur taille-bas changera en fonction de la hauteur du vêtement. Mais comme j’ai mesuré également la hauteur à différents endroits, ceci est facile à calculer.
  • Pour la hauteur de manche, il est plus intéressant d’avoir la longueur totale entre le milieu du dos et le poignet, car celle dimension pourra être prise comme base pour n’importe quel pull à manches longues, quels que soient la largeur de de l’encolure ou de l’épaule ou encore le type de manche. Cette mesure est tout aussi valable pour des manches montées que des raglans ou des emmanchures chauve-souris.
  • Si le pull est tout droit et n’est pas marqué à la taille, il suffit de mesurer la largeur du pull.

Pour un pull raglan ou un pull à empiècement en rond, on pourra également mesurer la longueur entre l’emmanchure et l’encolure, comme dans l’exemple ci-dessous (mesure H). Il faut également la hauteur et la largeur de l’encolure pour avoir tous les repères nécessaires.

mesure-pull-yoke.jpg

Petit truc pour mesurer la hauteur du dos sur soi

hauteur-taille.jpgSi le tricot à réaliser est marqué à la taille comme dans le premier exemple ci-dessus et si l’on n’a pas déjà ce genre de tricot, ou si l’on veut simplement être sûre que la taille sera placée à la bonne hauteur, il faut mesurer la hauteur depuis l’épaule jusqu’à la taille. Prendre ces mesures soi-même n’est pas toujours très simple, aussi j’ai un truc pour y arriver aisément.

Je mets un T-shirt plutôt ajusté (il vaut mieux éviter d’avoir des plis) en prenant garde que la couture de l’épaule soit bien au milieu de l’épaule puis je colle un morceau d’adhésif au niveau de la taille, ce qu’il m’est assez facile de sentir dans le dos. Ensuite, il suffit de poser le T-shirt à plat et de mesurer. Je pourrai ainsi à coup sûr positionner la taille du vêtement là où est ma taille et pas forcément celle du modèle.
Une fois toutes ces mesures notées, je peux adapter le modèle à mes mesures.

Le patron de Kelmscott est plutôt classique : c’est un gilet à encolure en V, cintré à la taille et à manches longues montées. Toute l’originalité du modèle réside dans le motif qui orne le devant et le grand col, ainsi qu'un extrait du motif au bas du dos et des manches.

Comment adapter le modèle à ses mesures

Une fois les mesures prises, il faut regarder si celles proposées sur le patron correspondent. À cet effet, il est très utile d'avoir un modèle qui donne toutes les mesures du tricot. Si ce n'est pas le cas (comme cela arrive avec les patrons anglo-saxons), il n'y a plus qu'à lire attentivement les explications et à reconstruire le patron en convertissant le nombre de mailles et de rangs en centimètres d'après l'échantillon donné dans les explications.

Le patron de Kelmscott est très bien fait de ce point de vue et les schémas présentent clairement toutes les dimensions et ce, pour 6 tailles différentes.

Pour adapter ce modèle, je vais d’abord comparer les dimensions proposées dans le patron et les dimensions relevées sur un gilet de forme similaire qui me va bien. J’ai relevé quelques modifications à apporter.modifications-kelmscott.jpg

Largeur du gilet : les dimensions proposées pour la taille 45'' correspondent à peu près à ceux de mon gilet, donc je les prends telles quelles. Il s’agit ici de la largeur dos, du tour de taille et du tour du bas du gilet.

Longueur de la manche : les dimensions données sur le patron (demi-largeur dos + hauteur totale de manche) donnent 80 cm du milieu dos jusqu’au poignet. Comme il me faut 85 cm, je vais donc faire la manche 5 cm plus long que sur le patron. Je ne change pas la hauteur de la tête de manche, mais la hauteur du poignet jusqu’à m’emmanchure. La largeur de manche proposée pour la taille 45 correspond à celles que j’ai habituellement. Même chose pour les poignets. Je vais donc garder les mesures du patron.

Hauteur du gilet : le modèle original fait environ 60 cm de hauteur, mais je trouve plus confortable de faire 67 cm. Je vais donc l’allonger un peu, tout en prenant garde à positionner la taille à la bonne hauteur par rapport aux épaules. Les cm supplémentaires que je vais devoir tricoter ne seront donc pas forcément en bas du gilet, mais pourront être répartis dans la partie basse du pull, dans la partie entre la taille et les emmanchures, et peut-être aussi dans la partie au-dessus des emmanchures. Je déterminerai ceci par la suite, lorsque j’aurai tricoté une manche. Vous comprendrez pourquoi dans le 3e épisode.

Je note sur le patron les mesures que je vais utiliser ainsi que les modifications apportées. Il faudra ensuite convertir les centimètres en mailles et en rangs. La prochaine étape du tricot sera donc la réalisation des échantillons.