J'ai mes échantillons, les patrons annotés avec mes mesures : il ne reste plus qu'à faire quelques calculs et je peux monter les mailles pour faire les manches. Le bas est orné d'un petit motif placé au milieu et tout le reste est en jersey.

Comme ce sont des manches montées, la tête de manche est arrondie. Je n'ai pas le même nombre de mailles que le modèle, mais j'arrive à faire un arrondi à peu près identique en modifiant légèrement les explications. Je vérifie que le nombre de diminutions (donc le nombre de rangs) me donne la hauteur que je veux pour la tête de manche (même hauteur que sur le patron).

kelmscott-schema-manche.jpgJe reporte ensuite tout sur le patron (centimètres, nombre de mailles et nombre de rangs) et j'ai ainsi mes explications personnalisées, qu'il m'est facile de suivre.

Une fois la manche terminée, je la pose à plat et je passe un léger coup de fer vapeur (sans appuyer). Je vais maintenant poser mon échantillon numéro 3 (celui de l'emmanchure) sur le bord de la manche, de façon à repérer sur la manche le point correspondant à l'endroit où s'arrête la diminution d'emmanchure. Sur le schéma suivant, cela correspond au point b :

kelmscott-emmanchure-2-note.jpg

Le point a correspond au dessous du bras, au niveau de la couture de côté.

Je vais maintenant mesurer le pourtour de la tête de manche entre le point b et le point c (qui correspond à la couture de l'épaule). Pour que la manche soit bien ajustée à l'emmanchure, la longueur entre les points b et c sur la manche devra être la même que la longueur entre les points b et c sur le dos ou les devants :

kelmscott-emmanchures-4.jpg

kelmscott-emmanchure-3-note.jpg

Je sais donc maintenant quelle sera la hauteur entre la fin des diminutions de l'emmanchure (point b) et le bord de l'épaule (point c). La hauteur entre le début des diminutions (au niveau du point a) et la fin des diminutions (au niveau du point b) est mesurée sur mon échantillon d'emmanchure, ce qui donne 4,5 cm :

kelmscott-emmanchure-1-note.jpg

J'ai donc maintenant la hauteur entre le début des emmanchures et le début des épaules, et j'en déduis la hauteur du bas jusqu'aux emmanchures et la position de la taille par rapport au bas.

Ces calculs pourront sembler un peu compliqués et vouloir à tout prix faire coïncider la tête de manche et l'emmanchure au centimètre près est peut-être un peu poussé pour un tricot qui, par définition, est quelque chose d'élastique et tolèrerait probablement d'être ajusté avec un peu point de précision. Mais j'aurais au moins la satisfaction d'avoir réalisé un vêtement « juste comme il faut ». 

Pourrait-on faire plus simple ?

82-knitting-pattern-essentials.jpgAlors que ce tricot est en cours, je suis en train de lire Knitting Pattern Essentials, de Sally Melville. Je n'en suis encore qu'au chapitre 2, mais je peux d'ores et déjà le conseiller car c'est une mine d'informations intéressantes pour celles qui veulent soit réaliser des modèles qu'elles ont dessinés, soit simplement adapter des patrons. Ce livre parle uniquement de pulls, gilets et cardigans et décortique toutes les formes possibles pour chaque élément (silhouette du pull, types de manches, d'encolures, de cols, d'ourlets, etc.) en donnant des règles pour déterminer la mesure de chaque élément.

Dans le chapitre 2 que je suis en train de lire, l'auteure explore justement les différents types d'emmanchure (emmanchure droite, emmanchure droite modifiée, manches montées, manches raglan). Elle indique par exemple quelle est la largeur typique de la manche pour chacun des styles, en fonction de la taille et de la grosseur de la laine. En effet, une manche droite est assez large alors qu'une manche montée sera plutôt ajustée. 

En ce qui concerne les manches montées, l'auteure suggère d'utiliser des formes simples. Selon elle, il n'est pas nécessaire d'avoir un bel arrondi et l'on peut tout à fait se contenter d'une forme comme celle-ci :

manches-montees.jpg

La forme est donnée ici par quelques mailles rabattues sur le premier rang, puis régulièrement chaque côté jusqu'à la hauteur et la largeur souhaitées. L'auteure donne des indications pour déterminer la hauteur de la tête de manche et la largeur en haut de celle-ci en fonction de la profondeur d'emmanchure. Les diminutions étant faites régulièrement, il est facile de calculer la « pente » du haut de la manche par rapport aux dimensions de l'emmanchure. 

L'auteur nous assure qu'en raison de l'élasticité du tricot, il n'est pas nécessaire de faire des formes plus arrondies et que cette manche est parfaite ainsi construite. 

C'est une technique qui peut donc être intéressante et que j'essaierai sûrement de mettre en œuvre pour mon prochain pull. En attendant, je continue la lecture de ce livre et je continue mon tricot en suivant ce que j'ai préparé plus haut.